Les cartes à jouer de Georges-Louis Le Sage

Reparcourant quelques prises de vue réalisées lors d’un séjour en archives à Genève en 2014, je ne résiste pas au plaisir de vous proposer un court billet portant sur des archives suprenantes que j’ai eu la chance de pratiquer pendant ma thèse : les cartes à jouer de Georges-Louis Le Sage.

Ancien étudiant de Gabriel Cramer à l’Académie de Genève, Georges-Louis Le Sage (1724-1803), après des études de médecine, s’est installé à Genève pour donner des leçons privées de mathématiques et de physique. Il est notamment connu pour sa tentative d’explication de la gravitation par une hypothèse mécaniste faisant intervenir des corpuscules dits « ultramondains » (voir l’article de Hugues Chabot cité en fin de billet).

Georges Louis Le Sage. Created around 1780, Public domain, via Wikimedia Commons

Acteur et témoin important de la vie scientifique à Genève dans le second dix-huitième siècle, il nous a laissé des archives plutôt surprenantes, conservées à la Bibliothèque de Genève sous les cotes Ms. fr. 2001 à 2057 : plusieurs dizaines de milliers (!) de cartes à jouer, scrupuleusement rangées dans de petites enveloppes, elles-mêmes classées dans des boîtes en carton, cartes à jouer sur lesquelles Le Sage a écrit de courtes notes sur tous les sujets possibles.

Par exemple, on lit dans la description du fonds sur le site internet des archives de la Bibliothèque de Genève que « ces cartes sont regroupées dans de petites enveloppes portant des titres tels que : “Mes réflexions générales sur les auteurs qui parlent de ce qui leur est personnel” ; “Justification de mon égoïsme apparent” ; “Mélanges sur moi-même qui pourraient entrer dans mon Histoire de la chute des corps” ; “Si la publication d’un ouvrage comme celui-ci est contraire à la modestie ou doit être taxé de vanité” ; “Mes conformités avec Descartes” ; “Passages de Bacon propres à peindre mes facultés, mes intentions” ; “Traits de mon tour d’esprit et de mon caractère, par lesquels je ressemble un peu à Newton” ; “Sur le mariage, soit en général, soit relativement à moi, mais non relativement à aucune dame ou demoiselle en particulier“.» ce qui vous donne une bonne idée de la diversité des contenus de ces archives.

J’ai pu consulter certaines de ces cartes lors de mon séjour en archives à Genève en 2014, notamment celles relatives à ses relations avec Gabriel Cramer. En voici quelques aperçus choisis.

Cartes à jouer de Georges Louis Lesage
Dédain que me manifesta Mr Cramer en 1748 pour sa propre Hypothèse, & pour tout ce qui lui ressemblerait, & conjectures sur les causes de ce dédain“. BGE Ms. fr. 2017a (enveloppe 8).

Il va sans dire que ce sont des archives complexes à manipuler (et qui ne sont aujourd’hui que très partiellement numérisées : voir cette série de 110 vues par exemple) : prendre une boîte, consulter les titres écrits sur les enveloppes, extraire une enveloppe, retirer les cartes, les consulter sans en modifier l’ordre, les déchiffrer et les retranscrire, les remettre dans l’enveloppe, remettre l’enveloppe à sa place originelle dans la boîte, sous le regard bienveillant mais attentif de l’archiviste…

J’ai néanmoins pu trouver, dans le temps qui m’était imparti – et avec la contrainte de ne pouvoir prendre que très peu de photographies – plusieurs informations, anecdotiques ou importantes, griffonnées au dos de ces cartes à jouer. Par exemple, des informations d’ordre bio-bibliographiques, comme dans cette enveloppe portant le titre “Eloges Academiques de Mr le Professeur Gabriel Cramer” regroupant quelques cartes, dont celle-ci où il est écrit :

Mr CRAMER naquit le 31e Juillet 1704, & mourut le 4e Janvier 1752. Il a donc vécu 47 ans, 5 mois, & 4 jours. J’aurai vécu autant que cela, le 17e 9bre [septembre] 1771.

Ou cette autre, dans l’enveloppe intitulée “Dédain que me manifesta Mr Cramer en 1748 pour sa propre Hypothèse, & pour tout ce qui lui ressemblerait, & conjectures sur les causes de ce dédain“, sur laquelle on lit, à propos de la vie amoureuse de Cramer :

On prétend donc : qu’ayant offert sa main à une Demoiselle, dont il était bien fondé à se croire digne ; & ayant essuyé un Refus ; il résolut à cette occasion, de demeurer pour toujours dans le célibat.

De manière moins anecdotique, j’y ai relevé des informations intéressantes du point de vue de l’histoire du traité des courbes de Cramer lui-même. Par exemple, sur des cartes contenues dans une enveloppe intitulée “Dates de mes relations & conversations avec Mr Cramer sur d’autres objets que la Gravité” (Bibliothèque de Genève, Ms. fr. 2017), nous apprenons que Le Sage s’est vu confier par les imprimeurs (Gabriel et Philibert Cramer, cousins de l’auteur) la tâche de corriger les secondes épreuves de l’Introduction à l’analyse des lignes courbes algébriques avant sa mise sous presse :

Je corrigeai les 2des Epreuves, de l’Introd. à l’Anal. des Lignes courbes algebriques. Ce qui me valut de la part des Libraires, un accroissement notable à ma Bibliothèque.

Ce qui nous permet d’avoir quelques détails supplémentaires sur le processus d’impression :

En mettant au net pour l’Impression, une copie de son Introduction &c ; Mr Cramer mis en usage un Moyen bien commode, pour remplacer les Soulignemens qui auraient surchargé les Calcus : savoir ; [Peindre ?] avec de l’Encre rouge, tout ce qui devoit être imprimé en charactères italiques. Mais il me rapporta : que les Imprimeurs, loin de lui en savoir bon gré, en avoient beaucoup murmuré ; parce que cela les sortoit de leur Routine habituelle.

Dans l’ensemble, les cartes conservées sous la cote Ms. fr. 2017, sous le titre “Polémique avec Gabriel Cramer au sujet de la découverte du méchanisme de la gravité“, montrent que Le Sage cherchait manifestement à réunir des éléments à charge contre Cramer dans la brouille qui l’avait opposé à lui en 1748-1749 à propos de sa théorie mécanique de la gravitation. Cette brouille commença ainsi : le jeune Le Sage, à peine âgé de 25 ans, souhaite concourir au prix de l’Académie royale des sciences pour 1748, mais la pièce dans laquelle il expose cette théorie n’est pas retenue par Grandjean de Fouchy, le secrétaire perpétuel de l’Académie, qui la reçoit trop tard (le 30 mars 1748). Informé par Le Sage dès son retour de Paris en mai de la même année, Cramer ne goûte que très peu l’initiative de son ancien disciple, et ne lui manifeste qu’« incomplaisance » et « dédain » (pour reprendre les termes utilisés par Le Sage sur deux enveloppes), probablement par peur des railleries de la part des académiciens à Paris, si son nom était associé à cette théorie jugée peu conforme aux principes newtoniens alors bien établis. Or, au moment de finaliser une seconde version de son mémoire intitulé Essai sur l’origine des forces mortes, en août 1749, Le Sage découvre qu’une hypothèse assez proche de la sienne a été développée dans les thèses De Gravitate soutenues par Jean Jallabert sous la présidence de Cramer en 1731. Il semble alors – toujours selon Le Sage – que Cramer ait connu une « conversion subite et totale » à la lecture de cette seconde version, et qu’il souhaitât même collaborer avec Le Sage pour retravailler le manuscrit et le publier en commun. Mais Le Sage prend tout de même la décision de l’envoyer sans attendre à Paris pour le concours de 1750, ce qui aurait coupé court à ce projet de publication commune et provoqué une brouille qui s’éteindra avec la mort de Cramer début 1752. Cet épisode de la vie de Cramer mériterait d’être étudié avec attention pour éclairer la constitution de sa vision de la théorie de la gravitation.

Enfin, l’enccriste que je suis est très curieux de découvrir le contenu des papiers conservés sous la cote Ms. fr. 2019 (“Matériaux pour l’article “Hypothèse” de l’Encyclopédie. Matériaux sur la pesanteur“). Le seul article de l’Encyclopédie qui crédite Le Sage est « INVERSE, ou CONVERSE, s. f. (Logique​ & Mathématiques.​) » que l’on pourra lire sur l’ENCCRE à l’adresse suivante : http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/article/v8-2686-0/. L’article « HYPOTHÈSE (Métaphysiq.) », lui, n’est pas signé, et l’entrée « Hypothèse, en Mathématiques » qui le suit immédiatement est signé de La Chapelle.

Pour en savoir davantage sur Le Sage et ses cartes à jouer, je vous conseille deux lectures :

  • tout d’abord cet article d’Hugues Chabot, “Georges-Louis Lesage (1724-1803), Un théoricien de la gravitation en quête de légitimité.” Archives internationales d’histoire des sciences, Académie internationale d’histoire des sciences, 2003, 53 (150-151), pp.157-183 (non accessible en ligne, à ma connaissance) ;
  • et aussi l’excellent livre de Jean-François Bert, intitulé Comment pense un savant ? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer, publié en 2018 chez Anamosa : https://anamosa.fr/livre/comment-pense-un-savant/, dont on trouvera les bonnes feuilles ici ; https://theconversation.com/bonnes-feuilles-comment-pense-un-savant-102357

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search