Annoter l’article COURBE de l’Encyclopédie

Le projet de recherche sur lequel je me suis le plus investi ces dernières années est l’ENCCRE, acronyme pour Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert (1751-1772). J’y tiens plusieurs rôles, mais je voudrais aborder dans ce billet celui d’éditeur-annotateur (selon la terminologie du projet), qui me permet de proposer une annotation critique de plusieurs articles que la direction du projet a bien voulu me confier1. Aujourd’hui, deux articles que j’ai annotés ont été publiés sur le site public de l’ENCCRE : COURBE et COURBE POLYGONE. Voici comment ces annotations se présentent, par exemple, pour l’article COURBE (en cliquant sur les différents onglets disponibles dans la partie droite) :

Vue numérisée
Fiche d’identité de l’article
Notes ponctuelles
Dossier critique

Mais avant de décrire plus précisément le processus d’annotation, un retour sur le projet lui-même.

Qu’est-ce que l’ENCCRE ?

Voici la présentation qui est faite du projet sur le site public de l’ENCCRE, à l’adresse http://enccre.academie-sciences.fr :

Librement accessible, l’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous les connaissances des chercheurs d’hier et d’aujourd’hui sur l’Encyclopédie, en s’appuyant sur un exemplaire original et complet de l’ouvrage, conservé à la Bibliothèque Mazarine, intégralement numérisé pour l’occasion. L’interface numérique dont nous avons doté l’édition vous permettra à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues.

Grâce aux dernières possibilités offertes par le numérique, et à une équipe internationale de 120 chercheurs de tous horizons, historiens des différents domaines de l’Encyclopédie, ingénieurs, étudiants et bénévoles, cette édition est conçue et construite pour être enrichie en permanence, de façon collaborative. Diderot lui-même, évoquant la nécessaire collaboration des savants « spécialistes » à l’Encyclopédie, écrivait :

« Quand on vient à considérer la matière immense d’une Encyclopédie, la seule chose qu’on aperçoive distinctement, c’est qu’elle ne peut être l’ouvrage d’un seul homme […]. Qui est-ce qui définira exactement le mot conjugué, si ce n’est un géomètre ? le mot conjugaison si ce n’est un grammairien ? le mot azimuth si ce n’est un astronome ? le mot épopée si ce n’est un littérateur ? » (article ENCYCLOPÉDIE)

De la même façon, l’ENCCRE fait appel à l’historien des mathématiques pour annoter les articles de mathématiques, à l’historien de la grammaire, pour les articles de grammaire, etc. Elle s’appuie sur une plateforme en ligne partagée par l’équipe, qui permet d’envisager un processus d’édition dynamique, envisagé sur le long terme, où se croisent et se conjuguent des compétences multiples et complémentaires.

Pensée pour en démocratiser l’accès, l’ENCCRE veut ainsi constituer un lieu de rencontre, de partage et d’échange sur l’Encyclopédie, donner envie au plus grand nombre de la découvrir ou de la redécouvrir, et faire revivre l’un de ses plus beaux atours, sérieusement en danger aujourd’hui : son esprit critique.

Le projet a démarré au début des années 2010, mais un moment important a été la mise en ligne du site public (hébergé par l’Académie des sciences), en octobre 2017, qui a permis au plus grand nombre de découvrir les premiers contenus mis à disposition par l’équipe du projet : documentation générale sur l’Encyclopédie, politique éditoriale, description matérielle de l’exemplaire original de la Mazarine, premiers articles annotés et commentés… L’inauguration a fait l’objet d’une cérémonie sous la Coupole de l’Institut, dont on peut retrouver quelques temps forts sur cette page de l’Académie des sciences2. Bientôt quatre ans après ce lancement, l’ENCCRE s’enrichit très régulièrement de nouvelles contributions produites par les éditeurs-annotateurs, que l’on peut retrouver en bas à droite du site public actuel.

http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

La dimension collective et collaborative est essentielle : séminaires, ateliers, travaux pratiques, campagnes collectives de renvois, journées d’étude, séjours en résidence, lettres d’information, bulletins internes, etc. jalonnent la vie du projet, font vivre la communauté et nous permettent d’avancer ensemble à la fois sur le travail d’annotation des articles et des dossiers transversaux, mais aussi sur les perspectives d’évolution du projet3.

Éditer et annoter un article sur l’ENCCRE

Me voici donc, en tant qu’historien des mathématiques ayant travaillé sur les courbes algébriques au XVIIIe siècle (au travers de ma thèse sur le traité de Gabriel Cramer), éditeur-annotateur de plusieurs articles relevant de ce domaine. Ainsi, aujourd’hui, je suis en charge des articles suivants : ASYMPTOTE, BRANCHE de courbe, COURBE et COURBE POLYGONE, INFLEXION, MAXIMUM ou plus grand, PARALLELOGRAMME, REBROUSSEMENT et SERPENTEMENT.

En pratique, que signifie « annoter » un article de l’Encyclopédie sur l’ENCCRE ? Je dispose, comme les autres éditeurs-annotateurs, d’un accès à la plateforme collaborative d’édition des articles, sur laquelle les responsables du projet m’ont donné un accès aux articles sus-nommés, et sur laquelle je peux préparer mes annotations. Cette interface me permet de travailler directement sur le texte de la transcription de l’article pour mener les premières opérations, listées ci-dessous :

  • relecture et vérification de la transcription (en la comparant à la numérisation de l’exemplaire de la Mazarine, présentée en regard) ;
  • vérification des constituants de l’article qui ont déjà été repérés et implémentés avant l’annotation :
    • vedette (titre) de l’article, désignant (catégorie), indication grammaticale, signature ;
    • renvois vers d’autres articles de l’Encyclopédie, qui ont été implémentés dès le début du projet sous forme de liens hypertextes permettant d’avoir un aperçu de l’article-cible (et ainsi naviguer dans l’Encyclopédie grâce à ces renvois) ;
  • par sélection d’un ou plusieurs mots, création de nouveaux constituants qui s’afficheront à leur tour dans la fiche d’identité de l’article : sous-titres, mentions bibliographiques4, renvois vers les planches de l’Encyclopédie.

Pour aller plus loin, des recherches sur l’article sont nécessaires : il s’agit, entre autres, de :

  • penser l’inscription de l’article dans l’édifice encyclopédique,
  • proposer une attribution argumentée de l’article à un auteur s’il n’est pas signé,
  • étudier les sources utilisées par l’auteur et éclairer les circonstances de rédaction de l’article,
  • établir un plan de l’article (notamment s’il est long),
  • travailler sur le lexique de l’article, et l’expliciter si nécessaire,
  • reconstituer le contexte historique de l’article, préciser ses enjeux,
  • documenter la réception de l’article, signaler les reprises,
  • dresser une bibliographie secondaire spécifique à l’article.

Une fois ces recherches faites, il est possible d’utiliser les fonctionnalités de la plateforme d’édition pour :

  • sélectionner un ou plusieurs mots pour écrire une note ponctuelle qui vient éclairer le sens d’un terme, identifier une personne mentionnée, dévoiler la portée d’une allusion, etc.
  • ajouter, si nécessaire, des notes explicatives sur les constituants déjà repérés (vedette, désignant, signature, renvoi…),
  • renseigner les bases bibliographiques et créer des liens dans le texte de l’article signalant les textes cités par l’auteur,
  • rédiger un dossier critique permettant de réunir les commentaires de l’éditeur-annotateur portant sur l’article dans son ensemble : attribution, rédaction, sources, plan, enjeux, réception, suites, bibliographie secondaire…

Voici comment se présente l’interface d’édition (respectivement : création d’un nouveau constituant, rédaction d’une note ponctuelle, rédaction du dossier critique) pour l’article REBROUSSEMENT, que j’ai commencé à annoter (work in progress) :

Les éditeurs-annotateurs sont accompagnés dans leur utilisation de l’interface d’édition : outre la documentation disponible sur l’intranet du projet, chacun est invité à venir prendre en main la plateforme collaborative lors de séances de travaux pratiques organisées régulièrement, selon son niveau de maîtrise (découverte, approfondissement, expertise). Pendant le travail d’annotation, les éditeurs-annotateurs sont invités à présenter leurs travaux lors du séminaire ENCCRE, qui se tient une fois par mois dans les locaux de l’Institut mathématique de Jussieu à Paris. Cela permet de confronter ses recherches au regard des autres participants au séminaire ou de faire état de questions ou de difficultés rencontrées lors de l’annotation. Voici, par exemple, le programme du séminaire 2020-2021 présenté sur le carnet D’Alembert, l’Encyclopédie & al. sur la plateforme Hypotheses : https://dalembert.hypotheses.org/1296. Je devrais y présenter l’article COURBE POLYGONE en novembre, dans une séance consacrée aux mathématiques.

Lorsque le travail est considéré comme terminé par l’éditeur-annotateur, il est soumis à un relecteur (membre du comité de lecture de l’ENCCRE) – soit directement sur la plateforme collaborative, soit par envoi d’un export pdf – qui, comme pour un article de revue de recherche, vérifie les éléments de mise en forme, demande des corrections de fond, propose des améliorations, suggère des pistes complémentaires… En ce qui concerne COURBE et COURBE POLYGONE, mon relecteur a été Christian Gilain, et mes annotations ont beaucoup bénéficié de ses apports après sa relecture, très précise et exigeante. Lorsque le processus de relecture est terminé, l’article annoté et commenté peut être publié sur le site public et mis à disposition des lecteurs.

Pour quel lectorat ?

Comme indiqué dans la présentation du projet ENCCRE reproduite au début de ce billet, il s’agit de « donner envie au plus grand nombre de la découvrir ou de la redécouvrir, et faire revivre l’un de ses plus beaux atours, sérieusement en danger aujourd’hui : son esprit critique. » Le lectorat ciblé est très vaste, par les contenus eux-mêmes (documentation générale sur l’Encyclopédie, articles annotés, dossiers transversaux, notices biographiques, bases bibliographiques…), et les fonctionnalités / outils mis à leur disposition sur le site public : moteur de recherche, navigation par renvois, etc.

La communauté de la recherche est visée, bien entendu, mais nous cherchons également à toucher un public que l’on peut qualifier d’amateurs éclairés, de professeurs, d’étudiants et d’élèves. Comme je suis également chargé de mener des actions de valorisation de l’ENCCRE auprès du grand public ou de publics scolaires, je suis particulièrement sensible à ces lecteurs non spécialistes. J’ai donc rédigé mes annotations et mon dossier critique des articles COURBE et COURBE POLYGONE en faisant en sorte qu’il soit accessible à, typiquement, un étudiant ou un élève de lycée qui s’intéresserait, dans le cadre d’un enseignement scientifique, à la question des courbes et leur histoire, et à la manière dont ce sujet est traité dans l’Encyclopédie.

Par ailleurs, il est également important de comprendre qu’il ne s’agit pas non plus d’écrire une monographie érudite sur l’histoire des courbes algébriques : l’objectif est bien de situer l’article dans le contexte de la manufacture de l’Encyclopédie, pas de produire un nouvel article encyclopédique complet sur le sujet. Le résultat est, je l’espère, à hauteur de ces enjeux et ambitions : n’hésitez pas à me faire vos retours dans les commentaires.

Je reviendrai dans un ou deux billets à paraître à l’automne sur les questionnements scientifiques qui ont émergé lors de mon annotation de COURBE POLYGONE et REBROUSSEMENT.

  1. Je suis également membre du comité de lecture, et chargé de la valorisation de l’ENCCRE auprès du grand public – réseaux sociaux Twitter et Facebook, lettre d’information – et du public scolaire – formation d’enseignants, scénarios pédagogiques… []
  2. Et aussi quelques instantanés sur la page Facebook du projet : https://www.facebook.com/enccre/posts/355832874857781. []
  3. En ce moment, par exemple, un travail est engagé sur la rénovation du site public, sur l’annotation des planches, etc. abordé et discuté collectivement en ateliers. []
  4. Les membres du projet alimentent de manière collaborative deux bases bibliographiques pour l’ENCCRE : une base de bibliographie primaire, qui permet notamment d’identifier toutes les références citées dans les articles de l’Encyclopédie, et une base de bibliographie secondaire, qui permet de lister toutes les sources mobilisées pour l’annotation critique des articles. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search