“C’est ton moment” : retour sur la soutenance

Me voici donc docteur en épistémologie et histoire des sciences et des techniques ! Voici un petit billet qui revient rapidement sur cette belle journée de décembre 2017 au cours de laquelle j’ai (enfin) défendu ma thèse après six années de labeur.

La soutenance de thèse a eu lieu le 1er décembre 2017 à Nancy, sur le site Libération de l’université de Lorraine (dans le même bâtiment qui abrite mon labo, les Archives Henri-Poincaré). Seulement trois ou quatre personnes du labo pour y assister en plus des membres du jury, seule mon épouse m’ayant accompagné depuis Rennes dans ce périple lorrain : c’est la rançon de l’éloignement géographique entre mon domicile et mon labo (je ne sais toujours pas si c’était un bien ou un mal, tellement j’étais stressé par cette soutenance).

On m’avait dit de profiter de cette journée, qu’il fallait savourer chacune des heures ou des minutes de la soutenance, que c’était “mon” moment. Je n’en ai d’abord pas cru un mot : la préparation et les répétitions du discours de soutenance m’ont tellement mobilisé dans les semaines et les jours qui ont précédé que je ne voyais l’échéance que comme une délivrance. Mais une fois le discours en bouche (soit pas loin de … 2 heures avant la soutenance !) et le jury en face de moi, j’ai effectivement pu me libérer et profiter pleinement de la chance qui m’était offerte de présenter le résultat de mes six années de travail. J’ai donc pu dérouler mon discours dans le temps imparti (40 minutes), puis écouter chacun⋅e des membres du jury faire part de ses remarques et poser ses questions à la plupart desquelles, je crois, j’ai pu répondre de manière convaincante. Et c’est vrai : j’ai adoré ces quatre heures passées à échanger avec le jury, à comprendre quelle partie les avait le plus intéressé (selon leurs domaines de recherche ou périodes favorites), à apprécier les regards positifs portés sur tout ou partie de mon travail (la seconde partie, notamment le chapitre sur l’analyse codicologique des manuscrits de l’Introduction, a été qualifiée de “petit bijou”) mais aussi à mesurer les lacunes qu’il me reste à combler (comment ai-je pu ignorer les travaux de Roger Chartier pour asseoir méthodologiquement ma dernière partie ?). J’ai plané deux  mètres au-dessus du sol pendant près de deux jours ensuite (la reprise du travail et du quotidien le lundi suivant ont bien aidé à reprendre contact avec le sol).

Voici un aperçu de la belle salle dans laquelle j’ai soutenu, ce qui a ajouté un peu de solennité à ce moment :

Salle de soutenance, site Libération de l'université de Nancy

Salle de soutenance, site Libération de l’université de Nancy

Je n’ai pas rédigé mon discours de soutenance, mais j’avais quelques notes devant moi, que j’ai finalement assez peu suivies, à part l’introduction – ce qui m’a permis de prendre un peu d’assurance au début – même si j’y ai jeté de fréquents regards afin de vérifier le déroulé général et la chronologie :

Discours de soutenance

Discours de soutenance

J’ai attendu quelques minutes hors de la salle en fin de soutenance pour les délibérations du jury, et en ai profité pour installer rapidement le pot de thèse dans la salle centrale des Archives, au beau milieu de la bibliothèque. À mon retour, j’ai été vraiment très, très heureux d’entendre les résultats de ces délibérations (docteur en histoire des mathématiques avec les félicitations – orales – du jury !) de la bouche d’Irène Passeron, qui m’a fait l’honneur et l’amitié d’être présidente de ce jury.

A suivi le traditionnel pot de thèse, donc. J’avais fait venir de Mont-sur-Rolle quelques bouteilles d’un excellent vin du domaine des Dames de Hautecour1. C’était bien évidemment un clin d’œil à mon sujet : Mont-sur-Rolle était le village dans lequel Gabriel Cramer passait les vacances académiques à l’automne, pendant la saison des vendanges.

La soutenance terminée, j’ai reçu quelque temps plus tard le rapport du jury et l’attestation du diplôme si longtemps espéré, et qui m’a à la fois donné tant de plaisirs et demandé tant de sacrifices :

L’attestation tant attendue !

Après avoir corrigé quelques coquilles, j’ai envoyé une version numérique de mon mémoire de thèse pour dépôt en bibliothèque. [EDIT 25 février] Elle est maintenant disponible sur HAL à l’adresse suivante : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01716388.

 

 

  1. Voir par ici : https://www.damesdehautecour.ch/index.php/fr/. Le domaine est géré par Coraline de Wustemberger, membre fondatrice de l’association Les Artisanes de la Vigne et du Vin. Je profite de ce billet pour la remercier de sa gentillesse et de ses efforts pour me faire parvenir ces bouteilles dans les meilleures conditions. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.