Colloque “D’Alembert dans les débats de son temps” – Montpellier 10-12 octobre 2017

En cet automne 2017 nous fêtons le tricentenaire de la naissance de D’Alembert (voir ce billet sur le carnet D’Alembert et l’Encyclopédie pour avoir un aperçu des manifestations qui s’inscrivent dans le cadre de ce tricentenaire). J’ai eu la chance de voir, au printemps dernier, ma proposition de contribution acceptée par le comité d’organisation du colloque international “D’Alembert dans les débats de son temps” qui se tenait à Montpellier du 10 au 12 octobre, ce qui m’a permis d’y proposer un exposé sur la correspondance entre Gabriel Cramer et D’Alembert.

Voici l’affiche et le programme de ce colloque remarquablement organisé par Jean-Pierre Schandeler et Vanessa Kuhner-Blaha de l’IRCL.

Colloque D’Alembert Montpellier – programme (pdf)

Le titre de mon intervention était “La correspondance D’Alembert – Cramer sur les courbes algébriques”. Elle se divise en trois parties : après avoir posé quelques jalons biographiques, j’ai exposé quelques aspects généraux de la correspondance D’Alembert-Cramer qui débute en mai 1748 par une première lettre de Gabriel Cramer écrite juste après son retour de Paris (aujourd’hui perdue). La réponse de D’Alembert (datée du 16 juin 1748, première lettre conservée de la correspondance entre les deux hommes) permet de mesurer l’estime qu’il porte au Genevois qu’il a rencontré, probablement chez madame Geoffrin, lors de son séjour parisien de 1747-1748 :

Je n’ay pas besoin de vous dire que vous ne devés point prendre cela pour un compliment : ce seroit me faire une espèce d’injure, & je suis bien plus sensible à la reputation d’homme sincere qu’a toute autre ; je l’ay cherchée aux depens de ma propre fortune. Croyés donc que je ne connois personne qui reunisse à la fois plus de connoissances, plus d’esprit, plus de Philosophie speculative & pratique, plus de goût, et un caractère plus aimable dans la société ; voilà ce que je pense de vous, et ce que je mourrois d’envie de vous dire après l’avoir dit à toutes nos connaissances communes.

Je me suis enfin focalisé sur les échanges mathématiques concernant les courbes algébriques, qui sont portés par 7 lettres sur une période de 5 mois, entre le 5 août 1750 et le 5 janvier 1751, en rétablissant au passage la chronologie de ces lettres, la (re)découverte récente d’une partie d’un brouillon de lettre de Cramer à D’Alembert à la Bibliothèque de Genève nous invitant à revisiter celle proposée dans l’édition de référence de la correspondance générale de D’Alembert pour la période 1741-1752 dirigée par Irène Passeron1. L’étude porte essentiellement sur les points suivants :

  • sur la nature et les différents ordres d’infinis, sur la convergence des séries ;
  • sur les points singuliers des courbes (rebroussements, serpentements).

Cet exposé donnera lieu à un article à paraître courant 2018 dans les actes du colloque. Voici mon support de présentation, également disponible sur HAL :

Colloque Dalembert Montpellier 2017 – T Joffredo by Thierry Joffredo on Scribd

[Mise à jour 29 oct. 2018] La publication des actes du colloque ne se fera pas avant 2019 ; en attendant, je propose au téléchargement ci-dessous la version de mon texte que j’ai soumise au printemps dernier :

Les courbes algébriques dans l’Encyclopédie à la lumière de la correspondance entre Cramer et D’Alembert

  1. Passeron, Irène, éd. 2015. Correspondance générale 1741-1752. Vol. V/2. Jean Le Rond d’Alembert, Œuvres complètes. Paris: CNRS. http://dalembert.academie-sciences.fr/Volume-V-2.php. Les lettres et leurs transcriptions sont disponibles en ligne sur la page http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/index.php. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.