À propos

Je m’appelle Thierry Joffredo, j’ai 43 ans (à la date d’ouverture de ce carnet), je suis professeur certifié en mathématiques dans l’académie de Rennes, et je travaille actuellement au rectorat d’académie dans le secteur du numérique éducatif.

Après avoir suivi, en 2010-2011, un Master en histoire des sciences et des techniques à l’université de Nantes, j’ai commencé un doctorat en histoire des mathématiques à l’université de Lorraine, au sein du Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie (LHSP) aux Archives Henri Poincaré de Nancy

Dans ce carnet je présenterai mes résultats et mes questionnements de recherche à propos de ma thèse, dans laquelle je m’intéresse à un traité de géométrie paru en 1750, intitulé Introduction à l’analyse des lignes courbes algébriques, écrit par le savant genevois Gabriel Cramer (1704-1752). Je me pose la question de la pertinence de la démarche biographique appliquée à ce texte scientifique : peut-on écrire une « biographie » de ce traité des courbes, et quel sens peut-on lui donner ? Après avoir mené une enquête biographique classique sur l’auteur du traité, je mène une enquête génétique sur sa principale (et unique) œuvre publiée dont la rédaction s’est étendue sur une décennie entière, cherchant à mettre en lumière les motivations, les conditions et les dynamiques de son écriture, de la première ligne manuscrite à l’automne 1740 jusqu’à sa publication, à l’été 1750. Je complète cette enquête génétique d’une étude de réception de l’ouvrage par ses différents lectorats (mathématiciens, enseignants, encyclopédistes, historiens) au travers des 250 années qui ont suivi sa publication, afin de suivre la trajectoire de ce texte scientifique à travers des temps et des espaces différents.

Il s’agit pour moi, en ouvrant ce carnet pour accompagner les derniers mois de ma thèse, de partager des pistes de recherche, de présenter quelques résultats et documents d’archives, de donner un support écrit à certaines de mes communications en colloque ou en séminaire, de confronter mes questionnements de jeune historien avec la communauté. Il me donnera aussi l’occasion de m’entraîner à écrire sur des formats courts, dans un contexte différent de celui des articles scientifiques ou de la thèse de doctorat.