Sur les traces de Gabriel Cramer

Continuons de planter le décor : après avoir succinctement présenté le contenu de son traité des courbes (objet central de ma thèse), il est temps de s’intéresser de près à son auteur : le Genevois Gabriel Cramer, « Professeur de Philosophie & de Mathématiques [à l’académie de Genève], des Académies & Sociétés Royales de Londres, de Berlin, de Montpellier, de Lyon, & de l’Académie de l’Institut de Bologne « , tel qu’il a choisi de se présenter sur la page de titre de son ouvrage. L’enquête biographique « classique » que je lui ai consacrée dans la première partie de ma thèse – qui représente tout de même une grosse centaine de pages, mais je vais me contenter ici d’indiquer quelques éléments saillants – me permet de bien saisir le contexte (personnel, scientifique, académique, institutionnel) de l’écriture du traité et d’apporter au passage des éclairages et des éléments de réponse à quelques-unes des questions que je me suis posées en ouvrant le livre, à savoir : les motivations de l’auteur pour se lancer dans un tel projet éditorial, les conditions matérielles de la rédaction et de la publication de l’ouvrage, les temporalités et les dynamiques de rédaction.

Les sources du biographe

Les sources disponibles pour recueillir des éléments biographiques sur Gabriel Cramer sont de diverses natures. La principale source à exploiter – avec une certaine distance néanmoins – est constituée des divers éloges qui ont été écrits à sa mort en janvier 1752 et, pour certains d’entre eux, publiés dans les différents journaux de la République des lettres. Nous disposons de six de ces éloges : le premier, paru dans la Nouvelle Bibliothèque Germanique, est sans doute de la main de Charles-Benjamin de Langes de Lubières1. Trois autres, également publiés de manière anonyme, sont attribués à Léonard Baulacre2 et ont paru  dans différents journaux, comme le Journal Helvétique (à Neuchâtel)3, la Bibliothèque Impartiale (à Leyde)4 ou dans la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe (à Amsterdam)5 . Un cinquième, rédigé en latin et intitulé Oratio exponens Vitam, Fata ac Vertutes V. Clar. Gabrielis Crameri, est l’œuvre de Jean Jallabert6 et est paru dans le Museum Helveticum (à Zurich)7. Le sixième et dernier, non publié, est dû à Étienne-Hyacinthe de Ratte8, qu’il a écrit en tant que secrétaire de l’Académie de Montpellier, qui s’est très probablement appuyé sur des éléments fournis par Jean Jallabert9. Si ces sources apportent des informations intéressantes, il faut évidemment les prendre et les manipuler avec les précautions nécessaires, à cause de la nature même de l’exercice de l’éloge.

On trouve d’autres éléments biographiques dans l’Histoire littéraire de Genève de Senebier (1786)10, dans les notices relatives à Cramer tirées des Biographien zur Kulturgeschichte der Schweiz de l’historien Rudolf Wolf (1860)11, ou encore de La France protestante des frères Haag (1846)12. Enfin, de manière plus indirecte, nous retrouvons de précieux éléments relatifs à la vie et à la carrière académique de Gabriel Cramer dans les Mémoires autobiographiques de Charles Bonnet édités par Raymond Savioz (1948)13 au milieu du XXe siècle. Les biographies plus récentes reprennent pour l’essentiel le matériau biographique fourni par ces sources, avec plus ou moins de précision et de rigueur : il en est ainsi des notices de Jones dans le Dictionnary of Scientific Biography14, des nombreux articles parlant de Cramer signés de l’historien Pierre Speziali15, ou encore du récent livre entièrement consacré à Cramer par Benguigui (1998)16.

Une autre source d’information importante – et de première main – est  constituée par l’imposante correspondance qu’il a nourrie durant de longues années avec les savants de son réseau européen. Ces lettres sont pour la plupart inédites et très dispersées dans les différentes bibliothèques européennes, mais beaucoup d’entre elles, issues de la correspondance passive, mais aussi des brouillons ou des minutes autographes, se trouvent dans les archives de la Bibliothèque de Genève. Une grande partie de la riche correspondance avec les Bernoulli est conservée à l’université de Bâle. On peut aussi mentionner le fonds d’archive de la British Library à Londres, qui conserve trente-cinq lettres de trente-cinq correspondants différents. Des parties de la correspondance de Cramer sont éditées ou en voie de l’être : ainsi la correspondance avec Clairaut éditée par Speziali17 ou celle avec Buffon, éditée par Weil18 . La correspondance avec D’Alembert a été récemment publiée sous la direction d’Irène Passeron19, celle avec Euler le sera très prochainement sous la direction de Bodenmann et Kleinert20 . L’inventaire de cette correspondance, incluant les dates et lieux d’expédition ou de réception, permet ainsi de de recouper et dater les faits rapportés, de s’assurer des jalons spatiaux et temporels, et le cas échéant de corriger ou préciser les affirmations de ses biographes.

Enfin, last but not least, certaines archives administratives (état civil, testaments, registres des conseils, registres de la Compagnie des pasteurs), conservées aux Archives d’État de Genève, viennent compléter la panoplie des sources convoquées pour écrire la biographie du Genevois.

Biographie d’un « aimable savant »

Gabriel Cramer est né à Genève le 31 juillet 1704, au sein d’une famille protestante originaire du duché de Schleswig-Holstein, installée à Genève depuis 1634. Cette famille compte bon nombre de médecins et de juristes : son grand-père Gabriel, son père Jean-Isaac et son frère cadet Jean-Antoine sont des médecins réputés sur la place de Genève; son frère aîné Jean est un juriste reconnu, qui a occupé plusieurs fois la charge de syndic à Genève. Il ne faut pas confondre ce Gabriel Cramer, futur savant et professeur de mathématiques et de philosophie à l’Académie de Genève, avec son cousin homonyme (1723 – 1792), connu pour avoir été vingt ans durant l’imprimeur de Voltaire.

Détail d’un portrait de Gabriel Cramer, par Robert Gardelle, conservé à la Bibliothèque de Genève

Détail d’un portrait de Gabriel Cramer, par Robert Gardelle, conservé à la Bibliothèque de Genève

Gabriel Cramer étudie les mathématiques sous la houlette d’Étienne Jallabert, professeur (mais à titre honoraire) de mathématiques, puis de philosophie à l’Académie de Genève depuis 1704. Suite à ces premières études, il compose à 18 ans une première thèse (De Sono, 1722) dans laquelle il s’emploie à présenter les théories newtoniennes sur la propagation du son.

Page de titre de la Dissertatio physico-mathematica de sono (thèse sur le son soutenu sous la présidence d'Etienne Jallabert)

Page de titre de la Dissertatio physico-mathematica de sono (thèse sur le son soutenu sous la présidence d’Etienne Jallabert)

En 1724, Cramer et son ami Jean-Louis Calandrini, âgés d’à peine 20 ans, postulent pour occuper une chaire vacante de philosophie à l’Académie. Aucun des deux ne sera retenu, mais au vu de leurs mérites et de leurs prestations lors des épreuves de sélection, une chaire de mathématiques de plein exercice est créée, que les deux amis se partagent. Les registres de la Compagnie des Pasteurs gardent trace de cette nomination ; il y est écrit que :

[…] Le M[agnifique] Conseil des Deux Cent avoit aussi établi une Chaire de Professeur en Mathématiques avec un gage de 1200 florins et de 14 coupes de blé & résolu que cette Profession sera exercée par Mrs Jean-Louis Calandrini & Gabriel Cramer qui ont donné des preuves de leur mérite par la manière dont ils ont disputé en dernier lieu la Chaire de Philosophie. Que le gage de 1200 florins & de 14 coupes de blé sera partagé  entre ces deux Messieurs. Qu’ils feront chacun deux leçons en public dans la Semaine. Qu’ils auront la liberté de voyager l’un après l’autre, & que pendant que l’un voyagera, l’autre sera chargé de faire les quatre leçons en public chaque semaine.

Extrait du Registre de la Compagnie des Pasteurs pour 1724 – Archives d’Etat de Genève

Extrait du Registre de la Compagnie des Pasteurs pour 1724 – Archives d’Etat de Genève

Les deux jeunes professeurs sont donc autorisés, voire encouragés par l’Académie, à assurer leurs missions en alternance, l’un pouvant voyager à travers l’Europe pour parfaire sa formation pendant que l’autre prodigue ses enseignements. C’est ainsi qu’en mai 1727, Cramer entame son Grand Tour de formation : il commence par suivre l’enseignement du grand maître bâlois Jean Bernoulli et de son neveu Nicolas. Son inscription à l’université est reportée sur le matricule (registre) du rectorat, à la date du 11 mai :

Matricule du rectorat de l’université de Bâle (mai 1727)

Matricule du rectorat de l’université de Bâle (mai 1727)

Le 13 mai 1727, Jean I Bernoulli écrit à un de ses correspondants genevois :

Je suis bien aise de connoitre personellement Monsr. le Prof. Cramer ; il me fait l’honneur de frequenter mes leçons sur la Geometrie des infinis, j’ai déja pû entrevoir qu’il a du savoir et du merite, tout jeune qu’il est ; J’augure de Lui qu’il deviendra grand et excellent Mathematicien, l’heureuse disposition et les beaux commencements que je remarque en Lui m’en sont un sûr garant.

Puis il part pour l’Angleterre, à Londres et à Cambridge, où il rencontre les disciples de Newton (James Stirling, Abraham de Moivre, Edmund Halley, ou encore le géomètre aveugle Nicholas Saunderson). En juillet 1728 il embarque pour Leyde (actuels Pays-Bas) où il travaille avec Willem Jacob ‘sGravesande, avant de terminer son voyage en France, où il passe six mois, nouant des relations durables avec quelques illustres savants parisiens (Jean-Jacques Dortous de Mairan, Alexis Clairaut, René-Antoine Ferchault de Réaumur, Pierre Louis Moreau de Maupertuis et, quelques temps plus tard, Georges-Louis Le Clerc, futur comte de Buffon), et avec qui il entre en correspondance à son retour à Genève en mai 1729.

De retour à l’Académie il s’investit fortement dans ses recherches scientifiques et  dans son enseignement. Il est d’ailleurs reconnu comme un excellent professeur par ses disciples ; l’un d’entre eux, le naturaliste Charles Bonnet, écrira dans ses mémoires en 1775 les lignes suivantes :

Après avoir achevé mes études de belles-lettres, j’entrai dans notre Auditoire de Philosophie au printemps de 1736. Là, j’entendis deux professeurs dont les noms seront consacrés dans les annales de notre République et qui ne s’effaceront jamais de mon cœur. Tous deux joignaient à un mérite supérieur, aux grâces de l’esprit et à la beauté du génie un savoir presque universel et les connaissances les plus approfondies de philosophie et de mathématiques. Tous deux possédaient encore au plus haut degré le rare talent d’intéresser fortement l’attention de leurs auditeurs par la clarté et par la méthode qui régnaient dans leurs instructions, par le charme de leur élocution, par le choix heureux des vérités et par l’art admirable avec lequel ils savaient les exposer et en tirer des conséquences théoriques ou pratiques propres à faire juger de leur application aux cas particulier. […] Vous comprenez, mon illustre ami, que je parle de MM. Calandrini et Cramer, morts dans un âge peu avancé et regrettés de tous les ordres de l’Etat comme ils méritaient de l’être.

Seul professeur de mathématiques à partir de 1734 (lorsque son ami Calandrini ets nommé professeur de philosophie, chaire autrement plus prestigieuse que celle de mathématiques), puis professeur de philosophie en 1750 (succédant au même Calandrini, élu au Petit Conseil), il compte parmi ses plus célèbres étudiants, outre Charles Bonnet, les physiciens Jean Jallabert (auteur de célèbres Expériences sur l’électricité en 1748) et Georges-Louis Lesage (connu pour avoir longtemps soutenu une théorie mécaniste de la gravité). On conserve aujourd’hui de lui, à la Bibliothèque de Genève, plusieurs manuscrits, dont un Cours de géométrie et plusieurs Cours de logique.

La famille Cramer fait partie de l’oligarchie genevoise qui monopolise le pouvoir politique, comme d’ailleurs l’activité scientifique, à Genève : bien souvent, pour ces familles, une position académique n’est qu’une étape, une simple occupation (certes honorable) avant d’être appelé à occuper les plus hautes fonctions gouvernementales qui leur sont réservées21.  Comme tout homme issu de ces familles patriciennes, Gabriel Cramer est appelé à servir la République : il est ainsi nommé au conseil des Deux-Cents en 1734 et enregistré comme membre de la Chambre des fortifications, pour apporter ses compétences scientifiques à la défense de la ville, en 174422. Le frère aîné de Gabriel Cramer, Jean, occupant déjà les plus hautes responsabilités à la tête de la République (il fut élu au Petit Conseil dès 1738, et premier syndic en 1770), les règlements des institutions genevoises empêcheront Gabriel Cramer d’aspirer à de plus hautes responsabilités politiques et se détourner de ses activités savantes, mais nombreux sont les exemples de savants genevois qui ont délaissé leur chaire à l’Académie ou leurs recherches scientifiques pour briguer un siège au Petit Conseil ou un poste de syndic. Dès 1734, Gabriel Cramer sera également autorisé à siéger comme laïc au sein de la Vénérable Compagnie des pasteurs, qui règle alors encore la vie religieuse de la Rome protestante et a la mainmise sur le fonctionnement de l’Académie et la nomination de ses professeurs. Le contexte social, religieux et politique de Genève dans la première partie du XVIIIe siècle est essentiel à la bonne compréhension du parcours de Gabriel Cramer, y compris dans ses hésitations et ses ambitions.

Rôle de Conseil des CC pour l’année 1734 (Cramer en milieu de dernière colonne)

Rôle de Conseil des CC pour l’année 1734 (Cramer en milieu de dernière colonne)

Au tout début des années 1740, il accepte de prendre le rôle d’éditeur scientifique des Œuvres complètes de Jean Bernoulli (1743)23, en collaboration avec son fils Jean II et l’imprimeur Marc-Michel Bousquet à Lausanne, puis celles de Jacques Bernoulli (1744)24, cette fois avec Nicolas Bernoulli et les frères Cramer, imprimeurs à Genève. Il collecte les papiers, les met en ordre, les annote, et supervise l’impression. De la même manière il éditera le Methodus inveniendi de Leonhard Euler (1744)25 avec Bousquet à Lausanne. C’est un travail important et considérable, pour lequel il recevra les hommages de d’Alembert, dans l’Éloge26 que ce dernier rendit à Jean I Bernoulli, mort en 1748 :

On a publié en 1743, à Lausanne, le recueil de tous les écrits de Bernoulli : ce recueil précieux, fait avec un soin et une intelligence qui méritent la reconnaissance de tous les géomètres, est dû à l’un des plus célèbres disciples de l’auteur, Cramer, professeur de mathématiques à Genève, que l’étendue de sa connaissance dans la géométrie, dans la physique et dans les belles-lettres, rendait digne de toutes les sociétés savantes, et dont l’esprit philosophique et les qualités personnelles relevaient encore les talens.

Suite à la publication des Opera de Jacques Bernoulli, Gabriel relance sa correspondance (qu’il avait quelque peu délaissée au milieu des années 1730) avec les plus grands savants de la République des Lettres : les Bernoulli à Bâle, Dortous de Mairan, Clairaut et Buffon à Paris, Euler et Formey à Berlin… Les années 1744-1746 marquent le moment où il affirme ses ambitions sur la scène savante européenne, et cherche à intégrer les réseaux des académies et sociétés royales. Il est ainsi élu membre de la Société royale de Montpellier et de l’Académie de l’Institut de Bologne en 1743, de l’Académie des sciences de Berlin en 1746 (avec l’appui d’Euler), puis fellow de la Royal Society de Londres en 1749.

Certificat de l'élection de Cramer comme fellow de la Royal Society (février 1749)

Certificat de l’élection de Cramer comme fellow de la Royal Society (février 1749)

En 1747-48 Gabriel Cramer fait un second séjour à Paris, accompagnant le Prince Héréditaire de Saxe-Gotha, fils du Duc Frédéric III, dont il avait accepté d’être le précepteur. Pendant un an, il fréquente assidûment les sociétés de madame Geoffrin ou de mademoiselle Ferrand. Il y renforce ses amitiés avec las académiciens Dortous de Mairan, Clairaut et Buffon, et y ajoute celle de d’Alembert et de Condillac, avec qui il entretiendra également une correspondance nourrie (et fort intéressante) à son retour à Genève au printemps 1748. Malgré le souhait ardent de se faire élire comme associé étranger à l’Académie royale des sciences de Paris, il essuiera deux échecs successifs (face à Daniel Bernoulli et James Bradley en 1748, puis face à Gehrard Van Swieten en 1750). Les procès-verbaux de l’Académie pour le 10 juin 1750 gardent la trace de sa dernière nomination :

nomination-acad-sciences

En août 1750 paraît son célèbre traité des courbes, intitulé Introduction à l’analyse des lignes courbes algébriques, dans lequel il se propose de classifier l’ensemble des courbes algébriques de degré inférieur à cinq, en se basant sur leurs branches infinies et leurs points singuliers, prolongeant en cela les travaux de Newton, Stirling et de Gua de Malves en la matière. Plusieurs lettres laissent entendre que la publication de cet ouvrage, si longtemps repoussée (son écriture a commencé en 1740, près d’une décennie auparavant), pourrait avoir été décidée pour apporter du poids à sa candidature à l’élection de membre étranger de l’Académie royale des sciences de Paris, en remplacement de Jean-Pierre de Crousaz, au printemps 1750 : mais l’ouvrage arrive trop tard, et son décès prématuré à peine dix-huit mois plus tard empêchera une nouvelle candidature qui avait toutes les chances de succès.

Il tombe sérieusement malade en 1751 et meurt prématurément le 4 janvier 1752 dans le sud de la France (près de la ville de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard) au cours d’un séjour censé lui rendre la santé. Apprenant son décès, Daniel Bernoulli écrira à un correspondant genevois ces quelques lignes en forme d’épitaphe :

J’ai perdu un ami intime ; votre ville et notre Suisse ont perdu un de leurs plus beaux ornements et toute l’Europe un savant de premier ordre, né pour augmenter et perfectionner les sciences. C’était non seulement un illustre, mais encore un aimable savant.

Le nom de Gabriel Cramer est aujourd’hui principalement attaché à des résultats relevant de l’algèbre, dont la fameuse règle des déterminants (formules de Cramer pour la résolution des systèmes d’équations linéaires), ou encore le paradoxe de Cramer (sur le nombre de points d’intersection de deux cubiques).  S’il est aujourd’hui un peu dans l’ombre des immenses Bernoulli ou Euler, c’était alors un acteur écouté et respecté de la République des Lettres, qui aura apporté sa contribution à de nombreuses questions scientifiques ou philosophiques de son temps : en mathématiques « pures » bien entendu (notamment au travers de son traité de courbes), mais également en mathématiques mixtes (particulièrement sur la question des forces vives, où il s’est montré fervent défenseur des thèses de son maître Jean I Bernoulli, par exemple), en physique expérimentale (sur l’hydrodynamique avec Daniel Bernoulli), et en philosophie (dans ses échanges avec Bonnet ou Condillac).

  1. Pour en savoir plus sur ce proche ami et ancien étudiant de Gabriel Cramer, voir Candaux, Jean-Daniel. 1993. « Monsieur de Lubières encyclopédiste ». Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie 15 (1): 71‑96. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rde_0769-0886_1993_num_15_1_1226. []
  2. Pasteur et théologien genevois, qui a longtemps occupé les fonctions de Bibliothécaire de la ville de Genève. []
  3. Baulacre, Léonard. 1752. « Lettre sur la mort de Mr Cramer, Professeur en philosophie à Genève ». Journal helvétique ou Recueil de pièces fugitives de litérature choisie, de poésies, de traits d’histoire, ancienne et moderne, de découvertes des sciences et des arts, de nouvelles de la républiques des lettres, et de diverses autres particularités interessantes et curieuses, tant de Suisse, que des païs étrangers : 99-126. https://books.google.fr/books?id=OacUAAAAQAAJ&hl=fr&pg=PA99. []
  4. Baulacre, Léonard. 1752. « Lettre contenant un Eloge historique de Monsr. Cramer, Professeur de Philosophie à Genève ». Bibliothèque Impartiale pour les mois de Janvier et Février MDCCLII (Leyde) V part. 1 : 427–443. https://books.google.fr/books?id=hGoEAAAAQAAJ&pg=PA427. []
  5. Baulacre, Léonard. 1752. « Eloge Historique de feu Mr. Cramer, Professeur de Philosophie & de Mathématiques dans l’Académie de Genève ». Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe pour les mois de Janvier, Février et Mars 1752 (Amsterdam) 48 : 225–237.  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39417k/f433.item. []
  6. Ancien étudiant de Gabriel Cramer à l’Académie, Jean Jallabert y est devenu professeur en physique expérimentale en 1737, puis en mathématiques en 1750, avant de prendre la chaire de philosophie laissée vacante par son ancien maître à son décès en janvier 1752. []
  7. Jallabert, Jean. 1753. « Oratio exponens Vitam, Fata ac Virtutes V. Clar. Gabrielis Crameri, Philosophiæ Profess. in Illustr. Acad. Genevensis ». Museum Helveticum ad juvandas literaras in publicos usus apertum (Zurich) 28 : 525–543. https://books.google.fr/books?id=sfA_AAAAcAAJ&hl=fr&pg=PA525. []
  8. Astronome et mathématicien français, en sa qualité de secrétaire de la Société royale des sciences de Montpellier dont Cramer était membre depuis 1743. []
  9. Le manuscrit de cet éloge est aujourd’hui disponible aux Archives départementales de l’Hérault. []
  10. Senebier, Jean. 1786. Histoire littéraire de Genève. 3 vols. Genève : Barde, Manget & Compagnie. Vol. 3 : 104-112. https://books.google.fr/books?id=r18bAAAAMAAJ&hl=fr&pg=PA104. []
  11. Wolf, Rudolf. 1860. Biographien zur Kulturgeschichte der Schweiz. Orell, Füssli : 203–226. https://books.google.fr/books?id=g-9LAAAAcAAJ&hl=fr&pg=PA203. []
  12. Haag, Eugène et Emile. 1846. La France protestante, ou Vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l’histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu’à la reconnaissance du principe de la liberté des cultes par l’Assemblée nationale. J. Cherbuliez (Paris) : 113-115. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58524343/f124.image. []
  13. Raymond Savioz. 1948. Mémoires autobiographiques de Charles Bonnet de Genève. Universite de Paris. []
  14. Notice que l’on peut lire ici : http://www.encyclopedia.com/science/dictionaries-thesauruses-pictures-and-press-releases/cramer-gabriel. []
  15. Voir notamment : Speziali, Pierre. 1958. Gabriel Cramer (1704-1752) et ses correspondants. Les Conférences du palais de la Découverte, Série D, n°59. Paris: Université de Paris. []
  16. Isaac Benguigui, Isaac. 1998. Gabriel Cramer : illustre mathématicien, 1704–1752, Genève, Cramer & Cie. []
  17. Speziali, Pierre. 1955. « Une correspondance inédite entre Clairaut et Cramer. » Revue d’histoire des sciences et de leurs applications 8 (3): 193‑237. http://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1955_num_8_3_3530. À compléter par la lecture de l’indispensable site clairaut.com d’Olivier Courcelle []
  18. Weil, Françoise. 1961. « La correspondance Buffon-Cramer ». Revue d’histoire des sciences et de leurs applications 14 (2): 97‑136. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhs_0048-7996_1961_num_14_2_3931. []
  19. Passeron, Irène, éd. 2015. Correspondance générale 1741-1752. Vol. V/2. Jean Le Rond d’Alembert, Œuvres complètes. Paris: CNRS. http://dalembert.academie-sciences.fr/Volume-V-2.php. Les lettres et leurs transcriptions sont disponibles en ligne sur la page http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/index.php. []
  20. Bodenmann, Siegfried, et Andreas Kleinert, éd. À paraître (2017). Correspondance de Leonhard Euler avec L. Bertrand, Ch. Bonnet, J. Castillon, G. Cramer, Ph. Cramer, G. Cuenz, G.L. Lesage, J.M. von Loen et J.K. Wettstein. Vol. 4A / 7. Commercium epistolicum. Basel: Birkhäuser. http://www.springer.com/us/book/9783764387433. []
  21. Sur la vie académique et politique à Genève dans le premier XVIIIe siècle (et avant), et les enjeux sociaux de la pratique de la science, la référence est pour moi Sigrist, René. 2011. La nature à l’épreuve : les débuts de l’expérimentation à Genève (1670-1780). L’Europe des Lumières. Paris (lire notamment le premier chapitre, intitulé « L’horizon des demandes sociales »). Dans une version plus courte, lire, du même auteur : Sigrist, René. 2004. L’essor de la science moderne à Genève. Lausanne (Suisse): Presses polytechniques et universitaires romandes, disponible sur sa page Academia. []
  22. Il sera également nommé au conseil des Soixante en 1751, mais il s’agit là d’un rôle plutôt honorifique dans une instance peu consultée []
  23. Bernoulli, Johann. 1742. Johannis Bernoulli … Opera omnia tam antea sparsim edita quam hactenus inedita: tomus primus, quo continentur ea quae ab anno 1690 ad annum 1713 prodierunt. Édité par Gabriel Cramer. sumptibus Marci-Michaelis Bousquet & Sociorum. https://books.google.fr/books?id=K_Ut88NInzsC&hl=fr&pg=PP11#v=onepage&q&f=false. []
  24. Bernoulli, Jakob. 1744. Jacobi Bernoulli, Basileensis, opera. Édité par Gabriel Cramer. sumptibus hæredum Cramer & fratrum Philibert. https://books.google.fr/books?id=HdBJAAAAMAAJ&hl=fr&pg=PP7. []
  25. Euler, Leonhard. 1744. Methodus Inveniendi Lineas Curvas Maximi Minimive Proprietate Gaudentes: Sive Solutio Problematis Isoperimetrici Latissimo Sensu Accepti. Lausanne et Genève: Marc-Michel Bousquet & associés. https://books.google.fr/books?id=Gf1eAAAAcAAJ&hl=fr&pg=PP7. []
  26. D’Alembert, Jean Le Rond. 1748. « Mémoire historique sur la vie & les ouvrages de M. Jean Bernoulli, Professeur de Mathématiques à Bâle, & Membre des Académies Royales des Sciences de France, d’Angleterre, de Prusse & de Russie &c. mort depuis peu dans un âge fort avancé ». Mercure de France, mars. https://books.google.fr/books?id=no5QAAAAYAAJ&hl=fr&pg=RA2-PA77. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *