Un Genevois à Paris : « salonnières » et ambitions académiques

J’ai établi que la décision de Gabriel Cramer de publier son traité des courbes, à la fin de l’année 1748, vient en appui de sa candidature comme associé étranger à l’Académie royale des sciences en 17501. L’année qu’il a passée à Paris entre avril 1747 et avril 1748 dans l’entourage du Prince héréditaire de Saxe-Gotha, dont il est un des précepteurs, lui a permis de resserrer les liens avec ses amis académiciens parisiens (Dortous de Mairan, Buffon, Clairaut), qui lui ont apporté leur soutien lors des deux élections de 1748 (sur les sièges laissés vacants par les décès successifs de Jean Bernoulli le 1er janvier, et de Joseph Cervi le 22 mars), hélas sans succès pour le Genevois. Néanmoins, si les soutiens des savants de l’académie sont nécessaires, ceux des influents aristocrates qui ont l’oreille du Roi et de ses principaux ministres sont essentiels ; c’est là que la sociabilité mondaine qui s’exerce dans les « salons »2 prend toute son importance. Gabriel Cramer fréquente assidûment diverses sociétés durant son séjour parisien : ce billet a pour objectif de vous présenter quelques-unes de ces « salonnières », que l’on préférera désigner ici comme « maîtresses de maison »3, pas toujours bien connues, qui ont permis à Gabriel Cramer d’accéder aux patronages et aux protections, et mis leur entregent au service de l’élection de leur protégé.

Madame du Rumain

Dès son arrivée à Paris en avril 1747, Buffon introduit Cramer auprès d’une jeune femme de 23 ans, Constance-Simone-Flore-Gabrielle Rouault de Gamaches, dite Mademoiselle de Cayeu, comtesse du Rumain, avec qui il entretiendra une (tendre) correspondance à son retour à Genève. Nous savons peu de choses à propos de madame du Rumain  : née en 1725, elle a épousé en novembre 1746 Charles-Yves le Vicomte-du-Rumain, marquis de Coetanfao. Elle est ainsi évoquée dans les mémoires de Casanova 4 :

Madame du Rumain était plus belle que jolie, mais elle se faisait surtout remarquer par sa douceur, la bonté de son caractère, par sa franchise et son empressement à servir ses amis. D’une taille superbe, c’était une solliciteuse dont la présence imposait à tous les magistrats de Paris. Je fis chez elle la connaissance de Mmes de Valbelles, de Roncerolles, de la princesse de Chimai et de plusieurs autres qui faisaient les délices de ce qu’on nommait alors à Paris la bonne compagnie.

Nous avons d’elle ce portrait (avec ses deux filles) signé Carmontelle :

Carmontelle - Madame la marquise de Rumain avec la comtesse de Polignac et mademoiselle de Romain, ses deux filles

Carmontelle – Madame la marquise de Rumain avec la comtesse de Polignac et mademoiselle de Romain, ses deux filles. Source : Images d’art, RMN-GP.

C’était probablement une des maisons dans lesquelles Cramer était le plus assidu et régulier, comme le suggère cette note5 de Clairaut qui souhaite l’inviter chez la marquise d’Ancezune :

Voyés donc si vous pouviés mettre de coté pour une fois seulement votre diner de Me Durumin sinon attendés moi lundy prochain nous irons ensemble dans une maison où vous etes desiré comme vous le devés être partout où l’on connoit le merite.

Nous n’avons hélas pas retrouvé plus d’informations sur les personnes qu’elle pouvait recevoir à ses dîners en 1748 ; une lettre de La Harpe6 datée de 1767 laisse simplement entendre qu’elle recevait dans son hôtel rue des Saints-Pères, faubourg Saint-Germain. Les lettres échangées entre elle et Cramer nous permettent néanmoins de supposer qu’elle était familière de l’entourage du prince héréditaire de Saxe-Gotha, qu’accompagnait le savant genevois dans son voyage à Paris.

Quelques lettres ou brouillons de lettres nous sont parvenus, comme cette lettre autographe de juillet 1748 :

Lettre de madame du Rumain à Gabriel Cramer. Genève, BGE, D.O. 39/3

Lettre de madame du Rumain à Gabriel Cramer. Genève, BGE, D.O. 39/3

Attentive au devenir de son « très cher philosophe« , elle l’informe son correspondant des résultats de l’élection de juin 1748, et lui apprend qu’il a été devancé de peu par l’anglais James Bradley pour être nommé en second :

[On] a donc nomé Mr de Bernoüilli, vous avez [eu] sept voix et même celle de Reaumur à ce que [Bouguer] m’a dit le tout en second mais l’anglois en aiant [eu] dix a été nomé en second et le sera en premier mercredy selon les apparences.

Mademoiselle Ferrand

Clairaut, de son côté, introduit Gabriel Cramer chez Élisabeth Ferrand. Née en 1700, elle partageait son logement au rez-de chaussée du couvent des filles de Saint-Joseph, rue Saint-Dominique, avec la comtesse de Vassé (1710-1768) avec qui elle a habité pendant près de vingt ans7. La Alte Pinakothek de Munich possède aujourd’hui ce très beau pastel de Quentin de la Tour, la représentant « méditant sur Newton » :

Mademoiselle Ferrand méditant sur Newton, pastel de Quentin de la Tour. Alte Pinakothek, Munich.

Mademoiselle Ferrand méditant sur Newton, pastel de Quentin de la Tour. Alte Pinakothek, Munich.

Condillac fréquentait assidûment leur maison, et dans l’introduction de son Traité des sensations (1754) – dédié à la comtesse de Vassé – il rend un vibrant hommage à Élisabeth Ferrand, récemment disparue, en faisant non seulement l’inspiratrice mais le co-auteur de son traité8 :

Il y a sans doute bien des difficultés à surmonter, pour développer tout ce systême; & j’ai souvent éprouvé combien une pareille entreprise étoit au dessus de mes forces. Mademoiselle Ferrand m’a éclairé sur les principes, sur le plan & sur les moindres détails & j’en dois être d’autant plus reconnoissant, que son projet n’étoit ni de m’instruire, ni de faire un Livre. Elle ne s’appercevoit pas qu’elle devenoit Auteur, & elle n’avoit d’autre dessein que de s’entretenir avec moi des choses auxquelles je prenois quelque intérêt.

En plus du tableau de Quentin de la Tour, ce texte montre que Mademoiselle Ferrand ne se contente pas de recevoir : elle entend fort bien les sciences et la philosophie.

C’est très probablement chez elle que Cramer a rencontré Condillac, avec qui il aura une correspondance particulièrement suivie entre 1748 et 17509 : mademoiselle Ferrand est ainsi régulièrement citée dans les lettres entre les deux hommes, ainsi que dans celles échangées avec Clairaut, comme dans cette lettre10 que Cramer lui écrit le 11 mai 1748, à peine rentré à Genève :

N’oubliez pas non plus, je vous en prie, Mlle Ferrand, et son aimable société. Les doux momens que j’ai passés chez elle ne sortiront jamais de ma mémoire. Je fais pour sa santé les vœux les plus tendres, et les plus ardents.

L’ « aimable société » dont il est question comprenait probablement, outre Clairaut et Condillac, l’abbé Mably (le frère de Condillac), Helvetius et Réaumur. La Bibliothèque de Genève conserve une lettre de mademoiselle Ferrand à Gabriel Cramer, datée du 1er septembre 1748, dans laquelle elle fait état des soutiens sur lesquels le Genevois peut compter pour une élection à l’Académie des sciences :

Mr Clairaut qui vous est extremement attaché a fait de son mieu[x] pour vous en donner des preuves dans la derniere élection de l’Académie. Mrs de Fontenelle, et de Mairan, et plusieurs autres ont étez aussi très zélés. Mais le parti de Mr [Bradley] a été plus fort.

Lettre de Mlle Ferrand à Gabriel Cramer, 1er septembre 1748. BGE Ms Fr 657b f 43.

Lettre de Mlle Ferrand à Gabriel Cramer, 1er septembre 1748. BGE Ms Fr 657b f 43.

Madame Geoffrin

C’est Jean-Jacques Dortous de Mairan, ancien secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences de Paris (1740-1743), et ami de Gabriel Cramer depuis son premier séjour de 1729, qui introduit ce dernier chez  madame de Tencin, l’une des plus célèbres et influentes femmes de la bonne société parisienne (et par ailleurs génitrice de D’Alembert). Et c’est peut-être chez elle que Cramer fait la rencontre de Marie-Thérèse Rodet, plus connue sous le nom de madame Geoffrin (1699-1777), qui tout en fréquentant cette maison a elle-même commencé à recevoir à son tour, dans son hôtel de la rue Saint-Honoré, des hommes de lettres et des savants, et ce dès le début des années 174011.

Bourgeoise aisée, dotée d’une solide fortune provenant des parts détenues dans la Manufacture royale des glaces dont son mari avait été administrateur, cette femme connaîtra l’apogée de sa célébrité et de son influence dans les années 1760-1770, élargissant son public aux écrivains réputés et à l’aristocratie, et sera la bienfaitrice et la protectrice de nombreux savants (au premier rang desquels Jean Le Rond D’Alembert). Nous avons d’elle ce portrait de Jean-Marc Nattier, daté de 1738 :

Madame Geoffrin, Jean-Marc Nattier (1738)

Madame Geoffrin, Jean-Marc Nattier (1738)

Elle est également représentée dans le célèbre tableau de Lemonnier intitulé La lecture chez madame Geoffrin12:

La lecture chez madame Geoffrin, Lemonnier, ca 1814, détail.

La lecture chez madame Geoffrin, Lemonnier, ca 1814, détail.

Dans cette maison notamment fréquentée par Dortous de Mairan et Fontenelle, il est très probable que Cramer fasse la plus belle et fructueuse rencontre de ce second séjour parisien, à savoir celle de D’Alembert, avec qui il nouera commerce13. Nous sont parvenues quelques lettres échangées entre madame Geoffrin et Gabriel Cramer entre 1748 et 1750, qui montrent une forte affection et estime réciproque.

Elle déploie toute son énergie à soutenir la candidature de Cramer lors de l’élection de 1748, rappelant à Cramer ce qu’il doit à Dortous de Mairan, l’un de ses principaux soutiens à l’Académie :

Mr de Mairan a fait tout ce qui luy a été possible de faire, je lui dois cette justice, et vous lui en devés des remerciments, il vous aime beaucoup et je l’en aime davantage. Vous avez eu beaucoup de voix, cela me fait esperer que le premiere [occasion] vous les [aurez] toutes.

avant de l’inviter à porter sa candidature à la Royal Society de Londres14 : « A présen[t] que voilà la paix vous devriés penser à la Société roiale de Londres » , lui écrit-elle en août 1748.

Elle renouvelle ses efforts lors de celle de 1750 qui fait suite à la mort de Crousaz. Elle mobilise ses amis et obligés Fontenelle, D’Alembert, ou encore (et surtout) Dortous de Mairan, comme l’illustre ce passage d’une lettre écrite le 10 mars 175015 :

J’ay communiqué à Mr de Mairan vôtre lettre. Je n’aprouve point que vous n’entreteniés pas la chaleur de vos amis les académiciens. Le sentiment de ces messieurs a besoin d’allumettes. Je mets Mr de Mairan [h]or[s] de ce nombre. Son amitié pour vous ressemble à celle de nous aûtres bêtes. Elle va toujours son train. Il avoit déja pensé à vôtre affaire. Nous avons pri[s] un rendévous pour en parler à fond. Et je serai bien aise d’avoir une nécessité indispensable de vous écrire pour vous en rendre compte.

Elle poursuit en juin 175016, sollicitant cette fois l’aide du puissant comte d’Argenson  :

Comme j’ay vu, depuis qu’il est question de la place, que cela [s]e tournoit du côté de ce vilain medecin, et que vous n’aviés aucune démarche a faire, je n’ay pas forcé mes étourdissements et mes aûtres calamités, pour vous dire des choses qui n’étoient pas pressées et que vous sçaviés peutêtre d’ailleurs mais je vous le répète soiés bien sur que Mr de Mairan et moy ne perdrons pas cela de vue. Il faut aussi que je vous dise que D’Alembert est fort de vos amis et j’employe [tous] les miens. J’ay fait porter à Mr d’Argenson par son fils, et a son fils par Mr Watelet, qui est son ami particulier. J’ay eu pour reponse qu’il faloit que le médecin passa. Mais à la fin j’espère que vous passerés aussi.

Lettre de madame Geoffrin à Cramer, 26 juin 1750, BnF Mss NAF 23240.

Lettre de madame Geoffrin à Cramer, 26 juin 1750, BnF Mss NAF 23240.

Hélas l’élection de 1750 tourne une nouvelle fois au désavantage du Genevois, pourtant cette fois nommé en second : c’est en effet le « vilain médecin » de la Cour d’Autriche, Gerard Van Swieten, qui emporte l’élection. La mort de Gabriel Cramer, en janvier 1752, ne lui permettra pas d’avoir une nouvelle occasion de briguer cette élection, mais les exemples de ces trois maîtresses de maison montrent toute l’importance de cette sociabilité mondaine pour une élection à l’Académie royale des sciences (même si, dans ce cas précis, leur influence n’a pas suffi à faire élire leur protégé).

Image de tête : Le thé à l’anglaise, Michel-Barthélémy Ollivier (1766) [Public domain], via Wikimedia Commons

  1. Voir le billet « Enquête génétique, acte 1 : exploiter la correspondance« . []
  2. Les guillemets qui entourent le mot salon sont là pour rappeler qu’il s’agit d’un terme anachronique, qui n’était pas en usage au XVIIIe siècle dans l’acception qui n’émergera qu’au début du XIXe siècle, et ne désigne encore qu’un pièce d’habitation, comme l’explique fort bien Antoine Lilti dans son livre Le monde des salons (Fayard, 2005). On lui préférera donc ici les mots société ou compagnie. []
  3. Seront ici présentées trois femmes, mais il arrive également que des hommes réunissent dans leur maison des sociétés gens de lettres, comme Helvetius par exemple, qui invite Gabriel Cramer à venir dîner avec Buffon le 22 avril 1747. []
  4. Mémoires de Jacques Casanova de Seingalt: écrits par lui-même, Tome cinquième 3, p 360. https://books.google.fr/books?id=1gkUAAAAQAAJ&hl=fr&pg=PA360.] []
  5. Lettre d’Alexis-Claude Clairaut à Gabriel Cramer, Paris, 6 mars 1748. Genève, BGE, D.O.  autographes : Clairaut. []
  6. Voir http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1092657/f349.item. []
  7. Pour les détails biographiques, voir la note « 11 mai 1748 (2) : Clairaut et Mlle Ferrand. » sur le site clairaut.com, ainsi que le passionnant article que Neil Jeffares a consacré à Mlle Ferrand et au tableau de De La Tour, sur pastellists.com. []
  8. Condillac, Traité Des Sensations: A Madame La Comtesse De Vassé, Volume 1, page 10. http://books.google.fr/books?id=-LoAAAAAcAAJ&hl=fr&pg=PA10. []
  9. La majeure partie de cette correspondance a été éditée par Georges Le Roy en 1953 dans Lettres inédites à Gabriel Cramer. Paris: Presses universitaires de France. []
  10. Pierre Speziali, « Une correspondance inédite entre Clairaut et Cramer », Revue d’histoire des sciences8 (1955), p 223. http://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1955_num_8_3_3530. []
  11. Voir Antoine Lilti, Le monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Fayard, 2005, p 150. []
  12. Tableau qui est à regarder avec toute la distance nécessaire : il s’agit d’une vision a posteriori, idéalisée et historiquement fausse d’un salon du XVIIIe siècle, réalisée vers 1814 sur commande de Joséphine de Beauharnais. []
  13. La correspondance entre Cramer et D’Alembert a été éditée par Irène Passeron en 2015 : Œuvres complètes de D’Alembert, Vol V/2, Correspondance générale 1741-1752, http://dalembert.academie-sciences.fr/Volume-V-2.php. Voir aussi http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/ pour l’édition en ligne de cette correspondance. []
  14. Cramer sera élu fellow de la Société Royale londonienne en février 1749, avec l’appui de Buffon. []
  15. Lettre de madame Geoffrin à Cramer, 10 mars 1750, BnF Mss NAF 27263. []
  16. Lettre de madame Geoffrin à Cramer, 26 juin 1750, BnF Mss NAF 23240, f. 43–45. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *