Séminaire d’histoire des mathématiques de Lille 1

Après le colloque de la Revue d’histoire des mathématiques en septembre, il m’a été offert une seconde fois de présenter mes travaux sur la genèse de l’Introduction à l’analyse des lignes courbes algébriques de Gabriel Cramer au séminaire d’histoire des mathématiques de l’université de Lille 1 le 12 janvier dernier. Je vous fais un compte rendu rapide de cette intervention, en vous faisant part de mon ressenti.

Invité par Rossana Tazzioli et Guillaume Jouve à venir parler de ma thèse, j’ai pu partager ma recherche avec un public d’une quinzaine de personnes composé d’étudiants, d’enseignants du secondaire et d’universitaires. Ma présentation s’intitulait « Sur quelques aspects de la genèse de l’Introduction à l’analyse des lignes courbes algébriques de Gabriel Cramer (1750) » : après une très courte présentation du traité des courbes, suivie de quelques jalons biographiques à propos de son auteur, j’ai dans un premier temps montré comment j’ai exploité la correspondance du genevois pour reconstituer une chronologie de la rédaction du traité, avant d’exposer mon travail de codicologie sur les manuscrits conservés à la Bibliothèque de Genève. La présentation était riche, trop riche sans doute : j’ai débordé de près de dix minutes sur le temps de 45-50 minutes qui m’était imparti, et j’ai l’impression d’avoir parlé beaucoup trop vite, laissant trop peu de respirations dans mon exposé. C’était également la première fois que je me lançais dans une présentation sans lire de notes, ce qui a permis d’améliorer la fluidité de mon discours, mais m’a sans doute également amené à faire trop de digressions évitables.

Le moment le plus difficile reste celui des questions ; j’ai pu cette fois apporter des éléments de réponse à chaque fois, même si certaines d’entre elles échappaient à ma compétence. C’est très intéressant de voir comment les questions posées par le public amènent à réfléchir sur des champs que j’ai insuffisamment explorés jusque là : dans ce cas précis, je reviens avec l’envie de travailler sur la comparaison entre les méthodes de Cramer et celles mises en œuvre par Euler dans son Introduction à l’analyse des infiniment petits ; je vais revenir sur cette question en travaillant par exemple sur la réception de l’ouvrage de Cramer par Lagrange et les analystes algébriciens1 de la seconde partie du XVIIIe siècle et du début du XIXe.

Une question m’a surpris, et j’y ai répondu de manière confuse : c’est celle sur les gants blancs supposément utilisés en archives pour travailler sur les lettres et les manuscrits. On ne me les a jamais proposés lors de mes séjours en archives, et je n’ai fait que suivre scrupuleusement les consignes sur la propreté des mains et l’interdiction d’objets pouvant accidentellement détériorer le document (ciseux, stylo bille, etc).  J’avais lu quelque temps auparavant quelque chose sur ce sujet, que je n’ai pas pu citer clairement. Il s’agit de ce billet issu du blog Bibliomag qui explique que les gants ont deux inconvénients majeurs pour la manipulation de documents d’archives anciens : ils emmagasinent la saleté et rendent la manipulation des ouvrages délicate.

Séminaire Histoire des mathématiques Lille 12 jan. 2017 by Thierry Joffredo on Scribd

Le support de ma présentation est téléchargeable sur HAL. Ci-après, un lien vers la captation réalisée par le service audiovisuel de l’université de Lille 1, mise en ligne sur leur WebTV (avec les autres exposés du séminaire depuis 2010, une mine !) : http://lille1tv.univ-lille1.fr/videos/video.aspx?id=4e418fc4-a1a5-4ec3-a7ea-3def1d1562a3

Prochaine échéance : séminaire d’histoire et de philosophie des mathématiques de SPHERE http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article797 le 12 juin prochain, où je présenterai quelques points saillants de l’étude de la correspondance de Gabriel Cramer.

Image de tête : photo personnelle d’un panneau indicateur sur le campus de Lille 1.

  1. Voir Friedelmeyer, Jean-Pierre, et Jean-Pierre Lubet. 2014. L’Analyse Algébrique un Épisode Clé de l’Histoire des Mathématiques. Paris: Ellipses. Je crois d’alleurs que Jean-Pierre Lubet était dans la salle. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *