Mort d’un « illustre et aimable savant »

Au petit matin du 4 janvier 1752,  près de Bagnols (dans l’actuel département du Gard), Gabriel Cramer expire après une nuit d’agonie, dans les bras de ses compagnons de voyage réunis autour de lui : son neveu Jean-Manassé Cramer1, et ses deux amis Jean-Robert Tronchin et Jean-Louis Dupan2. Ce décès prématuré – Cramer n’a alors que 47 ans – est vivement déploré par ses compatriotes et ses pairs, dont Daniel Bernoulli qui en témoigne3 ainsi :

 J’ai perdu un intime ami ; Vôtre Ville & nôtre Suisse ont perdu un de leurs plus beaux Ornemens, & toute l’Europe un savant du premier Ordre, né pour augmenter & pour perfectionner les Sciences. C’étoit non seulement un illustre, mais encore un aimable Savant.

L’anniversaire du décès de Gabriel Cramer me donne aujourd’hui l’occasion d’écrire ce billet certes anecdotique, mais qui me permettra d’exposer quelques documents inédits dénichés en archives. Je reviendrai très vite à des considérations plus proches de ma recherche, notamment sur l’étude de la genèse de l’Introduction, suite à mon intervention prévue le 12 janvier prochain au séminaire d’histoire des mathématiques de Lille 1 sur le sujet.

En août 1750, la carrière de Gabriel Cramer est à son plus haut, c’est un savant reconnu et respecté dans la République des lettres. Son Introduction à l’analyse des lignes courbes algébriques vient juste de paraître, et a été fort bien reçue par ses pairs. Il vient d’être nommé par acclamation à la chaire de philosophie de l’académie de Genève laissée vacante par son fidèle ami Jean-Louis Calandrini, entré au Petit Conseil, et sa brillante dissertation inaugurale sur l’utilité de la philosophie dans le gouvernement de la cité, qu’il a fait imprimer4 et envoyer à ses principaux correspondants, lui vaut de nombreux éloges. Il est membre des académies et sociétés royales de Montpellier, Lyon, Berlin et Londres et, si les récentes élections comme associé étranger à la prestigieuse Académie royale des sciences de Paris n’ont pas tourné en sa faveur5, la prochaine place à se libérer lui est sans doute promise. Enfin, il nourrit une correspondance riche et régulière avec les principaux savants et philosophes de son temps : Nicolas Bernoulli à Bâle, Euler à Berlin, D’Alembert et Condillac à Paris.

Détail d’un portrait de Gabriel Cramer, par Robert Gardelle, conservé à la Bibliothèque de Genève

Détail d’un portrait de Gabriel Cramer, par Robert Gardelle, conservé à la Bibliothèque de Genève

Hélas, cet état de grâce dure très peu de temps : dès le début de l’année 1751, son état de santé se détériore. Le pasteur genevois Jean Peschier informe Jean-Henri-Samuel Formey, secrétaire perpétuel de l’Académie de Berlin, que « Monsr le prof. Cramer est sujet actuëllement à des douleurs dans le ventre qui ne lui permettent pas d’écrire »6. Le 7 septembre suivant, Cramer reprend la plume pour écrire au même Formey mais sa santé ne semble pas s’améliorer : « Je voulois vous ecrire, mon cher Monsieur, par le canal de Mr Mallet. L’état languissant de ma santé & les defenses severes qu’on m’a faites de tout ce qui exige la moindre application ne me l’a pas permis »7. Son état se dégrade tout au long de l’année, à tel point que son entourage lui conseille de fuir les rigueurs hivernales de Genève pour la clémence du climat du sud de la France, dans l’espoir qu’il y recouvre la santé. Il se fera accompagner dans ce voyage par ses deux amis avocats Jean-Louis Dupan et Jean-Robert Tronchin, ainsi que son cher neveu Jean-Manassé. Le départ est prévu pour le 21 décembre.

Prudent, ou tout simplement se sentant très affaibli, Gabriel Cramer décide de rédiger un testament, le 12 décembre. Dans celui-ci il indique comment répartir ses biens en cas de décès entre les membres de sa famille et différentes œuvres de charité. Il nomme ses frères Jean et Jean-Antoine héritiers universels, et laisse une belle somme d’argent à sa belle-sœur Sara Cramer née Chomel, sa nièce Adrienne et son neveu Jean-Manassé. Il prend soin de donner des instructions pour le legs des ouvrages de sa bibliothèque personnelle : dix volumes pour Ami de La Rive, professeur de philosophie à l’Académie, quinze à son fidèle ami Calandrini, et trente à son ancien étudiant, désormais collègue et professeur de mathématiques, Jean Jallabert. La Bibliothèque publique de Genève pourra prélever tous les ouvrages qu’elle souhaite et qu’elle ne possède pas déjà8, et son neveu Jean-Manassé pourra disposer du reliquat.

Testament de Gabriel Cramer, Archives dÉtat de Genève, Jur. Civ. E30

Testament de Gabriel Cramer, Archives d’État de Genève, Jur. Civ. E30

Neuf ou dix jours plus tard, le convoi se met en marche. Après une étape à Lyon, l’état de santé de Cramer se dégrade brutalement. Laissons Dupan, qui écrit à Jean Cramer le 4 janvier 1752 depuis le village de Bagnols (aujourd’hui Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, non loin d’Avignon et de Nîmes) pour lui annoncer le décès de son frère9, témoigner des dernières heures du savant genevois :

Il etoit assez bien en partant de Lion, nous avions du moins l’espérance qu’il pourroit soutenir la fatigue du voyage, nous avons fait de petites  journées pour le ménager, il se trouva si accablé à Pierrelate que nous crumes devoir y passer deux nuits, il y dormit beaucoup, ce qui semblait lui avoir donné quelque force, mais nous voyions le  derangement de son estomach augmenter considérablement, et ces vomissements, auxquels il nous a dit etre sujet depuis plusieurs mois le matin, devinrent plus frequents, et quoique nous ne le nourrissions qu’avec du bouillon et du chocolat pour ne pas le surcharger, il en rendoit toujours une partie, c’est ce qui nous fit prendre le parti de le conduire droit à Montpellier. Nous ne fimes hier que trois postes, il se trouvait d’abord assez bien dans la voiture, il eut en route quelques nausées qui lui firent rendre de la bile toute pure, ce que nous regardions comme un bien, nous le mimes au lit en arrivant ici, il prit un bouillon qu’il garda, et comme il n’avoit point été du ventre depuis deux jours, nous consentimes à lui laisser prendre un lavement esperant comme lui qu’il seroit soulagé de quelque embarras intérieur qu’il sentoit, il en recut un tout simple, tel que Mr votre frère l’avoit ordonné dans ses instructions. Ce premier n’ayant fait que très peu d’effet on lui en donna un second, qui lui a fait faire quelques selles, les maux de cœur et les vomissements cessèrent, mais le malaise, la faiblesse et les angoisses n’ont fait qu’augmenter, ce qui nous a obligés à demander un médecin dans la nuit ; il n’etoit plus tems, les forces lui ont manqué et ont diminüé avec une rapidité surprenante, et l’on n’a rien pu lui donner pour le sauver, il a cessé de vivre ce matin à sept heures, sans le sentir, sans douleur, et presque sans agonie.

[…] Nous songeons à le faire enterrer, nous sommes déjà assurés de n’avoir pas de difficulté de la part du curé, en donnant quelque chose aux pauvres, nous irons voir Mr le Commandant de la ville pour avoir de lui une permission, nous aurons les conseils et les secours d’une famille protestante pour le lieu où nous mettrons notre ami. Vous en serez informé par le premier ordinaire.

Lettre de Dupan à Jean Cramer, Bagnols-sur-Cèze, 4 janvier 1752. Musée d'histoire des sciences, Genève, Z211.

Lettre de Dupan à Jean Cramer, Bagnols, 4 janvier 1752. Musée d’histoire des sciences, Genève, Z211.

Il ajoute en post-scriptum cette remarque plutôt… morbide :

[…] tout à coup sans aucun indice anterieur la machine s’est affaissée comme un édifice ruïneux qui croule dans quelques moments, sans doute quelque chose dans l’interieur est en cause, mais nous n’avons pas jugé necessaire de le faire ouvrir, et dans ce lieu il faut éviter l’éclat.

J’ai pris contact avec les archives municipales de la commune de Bagnols-sur-Cèze, mais si l’existence d’un cimetière protestant est bien attestée dans la ville au cours du XVIIIe, celui-ci a aujourd’hui disparu, et on ne retrouve aucune trace des noms des défunts qui y ont été enterrés. Ainsi est mort Gabriel Cramer, cet « illustre et aimable savant« , il y a aujourd’hui 265 ans.

  1. Fils de Jean Cramer, le frère aîné de Gabriel, Jean-Manassé (1728-1797) sera comme son père professeur de droit à l’Académie de Genève. []
  2. Tous deux avocats genevois et amis de longue date. []
  3. Rapporté par Léonard Baulacre, dans sa Lettre sur la Mort de Mr. Cramer, Professeur en Philosophie à Genève. Journal helvétique ou Recueil de pièces fugitives de litérature choisie, Février 1752 (Neuchatel) : p. 99–126. []
  4. Cramer, Gabriel. 1750. Oratio inauguralis, De utilitate philosophiae in civitatibus regendis. typis Fratrum Cramer & Cl. Philibert. []
  5. Il a essuyé deux échecs en 1748 et un de plus en juin 1750, ayant été nommé en second. []
  6. Lettre de Peschier à Formey, Genève, 1er mars 1751. []
  7. Lettre de Cramer à Formey, Genève, 7 septembre 1751. C’est la dernière lettre autographe de Cramer aujourd’hui connue. []
  8. Les bibliothécaires prélèveront un total de 117 ouvrages, dont la liste est consignée dans les registres de dons et de legs. De plus, Cramer lègue explicitement à la Bibliothèque son exemplaire des Principia de Newton, dont il précise qu’il a appartenu à ce grand homme. []
  9. Lettre de Jean-Louis Dupan à Jean Cramer, Bagnols, 4 janvier 1752. Archives du Musée d’Histoire des sciences de Genève, Z211. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *