Lieux de science et de recherche

Il y a longtemps que j’ai envie d’écrire quelque chose sur les différents lieux, bâtiments et structures – bibliothèques, salles d’archives, centres de recherche, labos, etc. – que j’ai été amené à fréquenter à l’occasion de mes travaux de recherche en histoire des mathématiques lors de ces dernières années. La science n’est pas qu’une activité purement intellectuelle, non géographiquement située : les lieux dans lesquels cette science se construit sont d’une importance cruciale dans ses processus d’élaboration1. À une échelle très personnelle, la fréquentation de ces lieux de science et de recherche a été un élément moteur de mon parcours d’apprenti historien. Si j’effectue l’essentiel de mon travail de recherche, d’analyse et de rédaction depuis mon bureau, chez moi, le fait de me transporter, à l’occasion d’un séjour en archives, d’un colloque ou d’une école, dans un endroit où la science s’exerce et se pratique effectivement, m’est toujours bénéfique et stimulant. Au-delà de leur fonction première ces lieux sont toujours pour moi un sujet de curiosité et d’émerveillement : le prestige de bâtiments chargés d’histoire, la solennité et la quiétude des salles de lecture des archives et des bibliothèques d’une part, et les rencontres, les échanges que l’on peut y faire d’autre part, tout cela concourt à l’immense plaisir que je ressens chaque jour à mener mes recherches. Voici une présentation « naïve », au travers de quelques exemples illustrés, d’une géographie institutionnelle personnelle, qui a toute son importance dans mon parcours au cours de ces cinq dernières années.

Les archives Henri Poincaré à Nancy

J’ai la chance d’être membre d’un laboratoire (le Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Henri Poincaré) qui offre un magnifique cadre travail (mais j’ai également la malchance d’habiter à 700 kilomètres de là). Il est situé au 91 avenue de la Libération à Nancy, au troisième étage d’un magnifique bâtiment industriel construit en 1926, qui abritait le siège de la société des Hauts-Fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson.

Crédit photo : Claire Haquet - Sous licence Creative Commons 3.0

Crédit photo : Claire Haquet – Sous licence Creative Commons 3.0

En entrant dans le laboratoire, on est accueilli par un imposant moulage en plâtre d’un buste d’Henri Poincaré (signé Jacques Carlier), gardant l’accès à une merveilleuse bibliothèque qui suit le contour de la pièce principale (autour de laquelle se répartissent les entrées dans les différents bureaux) et délimite, en son centre, une zone de travail très agréable. Je n’ai pas de photo d’ensemble à vous proposer, hélas, mais j’en prendrai une à mon prochain passage.

Buste de Poincaré

Buste de Poincaré (moulage d’un buste en bronze réalisé par Jacques Carlier, photo personnelle)

Salles de lecture d’archives

Je dois bien dire- comme tout historien ? –  que ma principale satisfaction, au cours de ces cinq dernières années, trouve son origine dans le travail en archives. Les salles de lecture des archives des différentes universités ou bibliothèques dans lesquelles j’ai effectué mes recherches sont des endroits toujours très inspirants, propices à des rencontres enrichissantes et fructueuses avec les conservateurs, les archivistes, et même parfois d’autres chercheurs.

La bibliothèque de Genève

J’ai consacré deux séjours à des recherche dans les archives de la Bibliothèque de Genève, dans la salle Senebier, au second étage du bâtiment des Bastions (un bâtiment qui abrite la Bibliothèque depuis 1872), où j’ai reçu un excellent accueil de la part de la conservatrice des manuscrits et des archivistes, avec qui j’ai pu largement échanger et préparer mes visites. J’y ai passé de longues journées à parcourir les manuscrits de Gabriel Cramer, notamment sa correspondance (avec d’Euler, les Bernoulli, d’Alembert, etc.) et les manuscrits de son Introduction à l’analyse des lignes courbes algébriques conservés dans les papiers deson disciple, collègue et successeur  Jean Jallabert. Je n’ai hélas pas osé prendre de photos de l’intérieur du bâtiment, pourtant magnifique :

Bibliothèque de Genève (entrée)

Bibliothèque de Genève (entrée, photo personnelle)

La Bibliothèque est située en plein centre de Genève, au cœur du magnifique Parc des Bastions, sous le regard de Jean Calvin et Théodore de Bèze, qui furent respectivement fondateur et premier recteur de l’académie de Genève en 1559.

Mur des Réformateurs (Parc des Bastions)

Mur des Réformateurs (Parc des Bastions, photo personnelle)

La BnF et la British Library

J’ai également pu accéder, après quelques formalités, aux salles de lecture de la bibliothèque de recherche de la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand) et à la Manuscripts Reading Room de la British Library (site Saint-Pancras) : ce sont des lieux impressionnants, aux architectures (extérieures et intérieures) audacieuses, dans lesquels on entre presque « religieusement » (si vous me passez l’expression).

Salle de lecture de la bibliothèque de recherche de la BnF (source : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/sites/a.site_francois-mitterrand.html)

Salle de lecture de la bibliothèque de recherche de la BnF (source photo : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/sites/a.site_francois-mitterrand.html)

La British Library possède quelques manuscrits intéressants pour moi : un Cours de géométrie de Gabriel Cramer, pris en note par un de ses étudiants, ainsi qu’un lot de 35 lettres qui lui sont adressées. Je n’ai pu hélas y passer que quelques heures au cours d’un voyage familial, mais mon passage reste un excellent souvenir.

Entrée de la British Library Saint-Pancras (photo personnelle)

Entrée de la British Library Saint-Pancras (photo personnelle)

Manuscript reading room (source photo : http://blogs.bl.uk/inspiredby/books/page/2/)

Manuscript reading room (source photo : http://blogs.bl.uk/inspiredby/books/page/2/)

L’académie des sciences

Enfin, j’ai effectué un dernier séjour de recherches en archives à l’Académie des sciences. Comme les quatre autres académies composant l’Institut de France, l’Académie des sciences est hébergée depuis 1805 dans les anciens bâtiments du Collège des Quatre Nations. Excellent accueil, là aussi, en salle de lecture des archives même si je n’y ai pas trouvé d’archives de grand intérêt, si ce n’est une lettre de Clairaut à Cramer.

Salle de lecture des archives de l'Académie des sciences

Salle de lecture des archives de l’Académie des sciences (photo personnelle)

Séminaires et colloques

Le tricentenaire de Clairaut, à l’Observatoire et l’Académie des sciences

Le premier colloque dans lequel j’étais intervenant avait lieu dans un lieu absolument magnifique : la salle du Conseil de l’Observatoire de Paris. Situé en plein Paris, cet observatoire a été fondé en 1667 pour permettre aux astronomes de la nouvellement établie Académie royale des sciences de travailler. J’y ai proposé ma première communication de jeune chercheur dans le cadre du colloque pour le Tricentenaire de Clairaut, en mai 2013, dans ce lieu intimidant, sous le regard de Laplace, Le Verrier ou Lalande et sous le magnifique plafond peint, qui représente le « passage de Vénus devant le Soleil », réalisé par Dupain en 1886. Les photos sont toutes personnelles, et donc d’une exécrable qualité (veuillez m’en excuser) :

Observatoire de Paris

Observatoire de Paris

Salle du Conseil - Observatoire de Paris

Salle du Conseil – Observatoire de Paris

Salle du conseil - Observatoire de Paris (et son magnifique plafond peint)

Salle du conseil – Observatoire de Paris (et son magnifique plafond peint)

Le colloque se poursuivait le lendemain à l’Académie des sciences, dans la salle des séances (au milieu des académiciens, en séance publique !).

Coupole de l'Institut de France, quai de Conti à Paris

Coupole de l’Institut de France, quai de Conti à Paris

Salle des séances de l'Académie des sciences

Salle des séances de l’Académie des sciences

2013-05-14-15-26-26

La Novembertagung 2015 à l’Université de Turin

Comme je l’ai déjà évoqué dans un autre billet, je garde également un excellent souvenir de la Novembertagung 2015, organisée à l’université de Turin : les bâtiments du palais de l’université sont magnifiques (et leur beauté encore mise en valeur par les Black Wolves du sculpteur chinois Liu Ruowang qui étaient alors installés dans la cour) :

Palazzo dell'Universita Torino

Palazzo dell’Universita Torino

Palazzo dell'Universita Torino

Palazzo dell’Universita Torino

Le CIRM à Luminy

Un des meilleurs souvenirs d’apprenti chercheur aura été l’école pour jeunes chercheurs en histoire des mathématiques, sur le thème « Des sources en histoire des mathématiques », organisée en novembre 2013 par Groupement de recherche Histoire des mathématiques (GDR 3398) au CIRM (Centre international de rencontres mathématiques), à Luminy, près de Marseille. Ce centre accueille depuis le début des années 1980 des rencontres entre mathématiciens (et, parfois, historiens des mathématiques) de tous pays. J’y ai passé une semaine dans un cadre enchanteur (oui, vraiment) situé près des calanques, un lieu vraiment propice à la réflexion, au travail et aux échanges, avec une bibliothèque incroyable ouverte 24h sur 24 pour les résidents, et un restaurant qui sert une merveilleuse bouillabaisse le vendredi midi, et une cuvée mathématique rafraîchissante.

CIRM (bâtiment principal, photo personnelle)

CIRM (bâtiment principal, photo personnelle)

CIRM : la bibliothèque (photo personnelle)

CIRM : la bibliothèque (photo personnelle)

Cuvée mathématique (photo personnelle)

Cuvée mathématique (photo personnelle)

Et vous, avez-vous des lieux qui ont marqué votre parcours de chercheur ? Quelle importance ont pour vous les lieux dans lesquels vous exercez votre métier d’historien, de scientifique ?

  1. À ce sujet, lire Schaffer, Simon. 2014. La fabrique des sciences modernes. Paris: Seuil. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Il est grand temps que toute cette précieuse documentation éparpillée en de multiples endroits soit entièrement numérisée, donc accessible sur toute la Planète sans déplacement, par de simples clics !
    Vive l’ubiquité !
    Merci à l’auteur pour cet article instructif !
    KOSMANEK Edith Edwige
    Universitaire retraitée
    ekosmanek@aol.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *